Roland Cassard ou “ la Perle ” du devenir

© Keva Epale

J’écris rarement en français mais le cri de la “ langue ” a guidé mes pensées. Grande admiratrice du travail de l’équipe Demy-Legrand, je n’avais jamais vu le film Lola, avec un des personnages les plus énigmatiques, discret empreint d’espoir et de fatalisme aussi : Roland Cassard.

^ Pleure qui peut et rit qui veut

Dans Lola, le proverbe chinois “ Pleure qui peut et rit qui veut ” ouvre le bal et donne le ton. Tout est une question de posture, que ce soit dans la réalisation de ses rêves tout comme dans l’attente de ces derniers. On choisit la perception de la fin et du début de l’histoire.

Roland Cassard est certes maussade mais aussi joyeux, le paradoxe du sentiment complexe. Cependant au détour d’une galerie marchande l’amour (ou plutôt l’amour non partagé) est retrouvé.

^ Leçons d’un personnage subtil et discret

° Bien au-delà de son flegme naturel, l’intelligence

Un personnage attrayant, un flegme naturel et un appétit pour le livre. Roland est las, il traîne au café du coin, rouspète sur le sens de la vie et de son envie de partir et se fait réprimander car il ne fait rien pour changer son destin.

Il est en retard à son emploi du moment et se défend de ses retards successifs au directeur, par son obsession du livre La condition humaine : “ pourquoi travailler 8h par jour sans but ni sens ? ”.

Il se libère sans grand effort du poids de cet emploi factice et vogue vers des distractions plus méritantes (cinéma, librairie…).

° Tout pour lui et pourtant

Roland est séduisant, le gendre “ sans sous ” idéal. Un profil littéraire au caractère bien trempé, vivant dans un rêve (il dit avoir rêvé sa vie jusqu’à présent), Roland a soif d’ailleurs. Une énième réprimande de la propriétaire du café aura eu raison de son rêve : “ il faut se réveiller Roland ! ”, il saisit au vol une information et en fait une opportunité.

° Le départ ou la rencontre fortuite

Embarqué dans une affaire louche Roland à trouver le moyen de partir de Nantes. Il empresse le pas afin de se préparer au départ, voilà que dans une galerie marchande par un heureux hasard, il tombe sur une amie d’enfance : Cécile, appelé aujourd’hui Lola.

Il avait auparavant pensé à elle dans la librairie d’une de ces connaissances où il avait conseillé à une mère et à sa fille un dictionnaire français/anglais miniature. Cette jeune fille, dans cette librairie lui avait fait penser à Lola plus jeune.

Voilà que Lola rentre à nouveau dans sa vie, imperturbable, fantasque, mère aujourd’hui et surtout danseuse dans des cabarets. Roland est ainsi embarqué dans une aventure tant espérée.

À se faire rouspéter au café du coin par la propriétaire, à boire un café et à rêver sa vie ; voilà qu’il peut partir par le biais d’une affaire louche ou rester au travers d’une femme farouche. Le personnage de Roland s’y prend à nouveau à espérer un vieil amour inavoué, une aventure rêvée avec la femme qu’il a toujours aimée.

Cependant Lola n’aime pas Roland, elle attend Michel, le père de son fils, qui l’a laissé 7 ans auparavant. Malgré l’absence elle attend et Roland quant à lui souhaite combler cette absence.

La notion d’absence est intéressante : dans Les Parapluies de Cherbourg il brille par sa présence, dans Lola l’absence de celui qui devait être présent lui vole la vedette.

° L’oeil du diamant

Roland Cassard a bien changé depuis Lola, quitter Nantes a porté ses fruits. On le retrouve diamantaire dans Les Parapluies de Cherbourg, voyageant en Europe avec une acuité généreuse pour les pierres rares. C’est lors d’un entretien professionnel avec un confrère qu’il rencontre Geneviève, accompagnée de sa mère, à la recherche d’une aide financière.

Roland est devenu un homme fortuné avec la responsabilité qui en découle, sans doute en cette rencontre précise est sa chance de vivre l’histoire qu’il n’a jamais vécu avec Lola.

Roland est un homme différent et Geneviève est une opportunité de donner de l’amour plus que d’en recevoir. Peut-être est-ce en cela que ce personnage est unique : de Nantes à Cherbourg, ces deux femmes éprises d’autres hommes mais lui est bien présent.

^ Les femmes de Roland

Elles sont au nombre de deux : Lola dans Lola et Geneviève dans Les Parapluies de Cherbourg : deux femmes radicalement différentes mais au regard de Roland on pourrait penser à Lola plus jeune et à Lola à l’âge adulte, plus femme.

° Lola

Lola est un personnage atypique, excentrique, femme fatale, mère, danseuse et attrape-cœur.

Elle aime plaire et c’est bien elle qui décide de son destin: pleure qui peut et rit qui veut est très lié à son état d’esprit, alors qu’elle attend le père de son fils depuis 7 ans, Lola est joyeuse, malgré cette joie débordante se cache beaucoup plus de brisures qu’il n’y paraît. Elle sort avec un marin américain ressemblant au père de son fils mais reste libre, sans attache autre que son fils. Un fils présent et spectateur du style de sa mère : débordée, demandée et admirée. Ce fils qu’elle aime tant, “ comme il ressemble à son père ” dit-elle souvent.

° Geneviève

Geneviève est quant à elle plus jeune, elle vit avec sa mère qui tient une boutique de parapluies à Cherbourg. Espiègle, fragilité impérieuse, beauté royale : c’est une femme-enfant.

Geneviève est amoureuse du garagiste Guy et tombe enceinte de lui alors qu’il part en guerre en Algérie. Très au faite de sa situation, débrouillarde et intelligente avec une royauté naturelle elle se laisse guider par sa mère sur cette relation avec Roland, car pour elle Guy n’est plus présent, elle lui écrivait sans convictions.

Geneviève une version plus timorée, plus enfantine moins femme fatale comme Lola. Il est possible que Roland ait toujours été amoureux de Cécile pas de Lola, qui est une autre femme avec d’autres aspirations et une envie de plaire débordante.

Il voit en Geneviève sans doute une seconde chance avec Cécile, il fait sa demande mais l’histoire se répète, Geneviève est amoureuse d’un autre dont elle attend un enfant. Cependant Roland épouse Geneviève en connaissance de cause, entre résignation et acceptation vers un amour désintéressé. Présent à ses côtés, juste présent et c’est déjà beaucoup.

^ Qui est derrière le personnage de Roland Cassard

° Très bel article du figaro sur l’acteur Marc Michel

° Biographie

° Bonus

Ce personnage m’a ému car il est le symbole de transitions, de devenir et d’acceptation. Il n’est pas le personnage central mais il l’est pour moi au regard de la trilogie. Son évolution à lui et à Lola, dit beaucoup des rêves et désirs de ceux qui quittent leurs régions natales en quête de sens, de fortune et d’idéal. La réalité est toujours idéalisée et le résultat de l’évolution est sans doute à percevoir avec simplicité au fond, car il y a toujours un prix à payer.

Du film Lola, Roland prend le bateau tant espéré alors que, ce même jour, Michel revient chercher Lola et leur fils. Roland est décidé a aller de l’avant vers son prochain chapitre dans le film Les Parapluies de Cherbourg.

J’espère que ces quelques mots, vous auront inspiré à voir ou revoir ces deux beaux films de la trilogie. Je m’empresse d’aller voir Model shop, le dernier de la trilogie qui met en lumière ce qu’est devenu Lola.

Bonne projection !

I like storytelling and capturing stories. I use graphic design, illustration & co in order to do it! www.kevaepale.com

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store